Imprimer
Catégorie : Botanique
Affichages : 788
adj. Terme de Medecine. Ce qui ne dure qu'un jour. Il se dit en cette phrase. Fievre éphemere. La fievre éphemere des Anglois est une espece de peste. Ce mot vient de la preposition epi, & de himera, dies, jour.

ÉPHEMERE, en termes de Botanique, est une flambe sauvage. Ses feuilles sont semblables à celles du lis, quoy que plus menuës, sa tige pareillement. Sa fleur est blanche & amere. Sa graine est tendre. Sa racine est grosse d'un doit, longue, astringente & odorante. Matthiole dit que l'éphemeron de Dioscoride est le colchicum, qui est un poison croissant au pays de Colchos. Il est si dangereux, qu'il fait mourir en moins d'un jour ceux qui en mangent ; ce qui luy a donné ce nom d'éphemere : & il adjouste, que ce n'est autre chose qu'un oignon blanc que les Apothicaires appellent hermodactylus.

Les Relations d'Arabie parlent de certains arbres éphemeres qui croissent tous les jours depuis l'aurore jusqu'à midy, & qui alors disparoissent, & entrent dans les sablons.

ÉPHEMERE, est aussi un petit animal qui ne vit que cinq heures, pendant lesquelles il naist, il estend ses membres, il paroist jeune, il change deux fois sa peau, il fait des oeufs, jette des semences, vieillit & meurt. Aristote en a fait la description, & l'a ainsi nommé, parce qu'il ne dure qu'un jour. Il paroist vers la St. Jean. C'est un insecte volant qui naist à six heures aprés midi, & meurt à onze heures. Il est vray toutefois qu'avant que d'avoir pris cette figure, il a vescu trois ans sous celle d'un ver au bord de l'eau dans la vase, ou dans des trous qu'il y a creusé luy-même. Il s'en trouve de deux ou trois pouces. Les Pescheurs s'en servent pour appaster leurs hameçons. On a observé dans quelques-uns de ces insectes jusques à 7000. yeux semez par tout le corps. Ils ne s'accouplent point. La semelle jette ses oeufs, & le masle les rend feconds en les couvrant de sa semence. Il ne prend aucun aliment depuis qu'il est changé, & il ne change que pour se multiplier. Aldroandus, Jonston & Clusius en ont escrit, mais bien plus incertainement que Swammerdam, qui en a fait les dissections & les observations avec le microscope. Il l'appelle ephemera ou hemerobios, & en Latin diaria. Il dit qu'il se forme d'abord en ver, puis en nymphe, & qu'il a des aisles disposées d'une maniere particuliere, & qu'on distingue aisément le masle d'avec la femelle. Il en est aussi parlé dans le Recueil de Thevenot.