Imprimer
Catégorie : Non classifié
Affichages : 345
s. m. Quittance, acte par lequel il paroist qu'on a payé. On doit attacher la liasse des acquits au compte qu'on veut rendre. quand on ne rapporte pas un acquit, il faut laisser la partie en souffrance, ou la rayer. il faut prendre des acquits aux portes, aux Doüanes, pour monstrer qu'on a payé les droits & imposts.

On dit aussi, qu'on fait une restitution, une declaration pour l'acquit de sa conscience : qu'un Juge fait une telle visite, un tel reglement, pour l'acquit de son devoir, de sa charge. On dit aussi, qu'une caution paye à l'acquit d'un debiteur, qu'un payement va à son acquit, pour dire, qu'on paye pour luy, & à sa descharge.

ACQUITPATENT, est un ordre ou mandement du Roy pour faire payer comptant par ses Tresoriers une certaine somme. L'Ordonnance de 1557. deffend aux Tresoriers & Receveurs de payer aucunes sommes en vertu d'acquitspatents : toutefois ils ont encore lieu, quand ils sont en bonne forme, comme quand ils sont signés & contresignés, verifiés à la Chambre, controllés, &c. Les payemens doivent être endossez au dos des lettres de l'acquitpatent.

On dit proverbialement, Faire une chose par maniere d'acquit, pour dire, la faire negligemment, & sans y apporter tous les soins qu'on devroit. On dit aussi, Bander un homme à l'acquit, pour dire, Rompre avec luy, l'envoyer promener, par une metaphore tirée des joüeurs de paulme, qui bandent les balles à l'acquit.