Imprimer
Catégorie : Non classifié
Affichages : 1238
s. m. On disoit autrefois abay. Le cri, ou le japper d'un chien. Ce mot est factice, & formé sur le son des chiens, qui crient, ou abboyent. L'abboy des chiens fait connoistre le lieu où est le gibier. L'abboy des mastins est leur cri, quand ils sentent le loup, ou quelque chose d'estrange autour de la maison.

ABBOY, se dit aussi de l'extremité où est reduit le cerf sur ses fins : car alors on dit qu'il est aux abboys, qu'il ne peut plus courir, qu'il manque de force & de courage.

ABBOYS, se dit figurément de l'homme, & signifie l'agonie. Il est reduit aux abboys de la mort, ou simplement, aux abboys : c'est à dire, il se meurt. On dit aussi, qu'un procés est aux abboys, quand il est presque jugé, ou perdu ; qu'une pudeur est aux abboys, qu'une fidelité est aux abboys, lors qu'elle est presque vaincuë, qu'elle ne se peut plus deffendre. On dit aussi, Tenir quelqu'un en abboy, pour dire, l'amuser de vaines esperances & promesses.